Citas de Fidel sobre atentados

“L'impérialisme, le capitalisme, le fascisme, le néo-colonialisme, le racisme, l'exploitation bru­tale de l'homme par l'homme sous toutes ses formes et sous toutes ses manifestations, tou­chent à leur déclin dans l'histoire de l'humanité, et leurs serviteurs affolés le savent ; aussi leurs réactions sont-elles toujours plus désespérées, toujours plus hystériques, toujours plus cyni­ques, toujours plus impuissantes.

“La CIA a directement participé à la destruction de l'avion cubain à la Barbade.Le plus répugnant dans cette affaire, c'est l'uti­lisation de mercenaires qui sont capables pour de l'argent de faucher en quelques secondes les vies précieuses de soixante-treize personnes sans défense, avec lesquelles ils ont même voyagé quel­ques minutes auparavant”.

“Mais ce qui est peut être plus répugnant et plus douloureux dans des faits comme celui que nous évoquons aujourd’hui, c’est que si, au début, ils tuaient pour empêcher la Révolution, il est presque certain maintenant que le crime de la Barbade a été commis pour se venger d'une Révolution qu'ils n'ont plus aucun espoir d'empêcher”.

“Il y a pourtant une possibilité pour les peuples de se remettre d'une douleur aussi profonde. Il y a un châtiment, pour les contre-révolutionnaires, pire que tous les autres châtiments, c'est la Révolution elle-même, ses efforts, ses acquis, sa marche victorieuse.

Je crois que je détiens le record douteusement stimulant d'avoir été la cible ou l'objectif de plus d'attentats que tout autre homme politique dans le monde à n'importe quelle époque; et comme ils n'ont pas y réussi, ils disent souvent que je suis malade ou mort.

«Je peux vous assurer qu’il y a eu tellement de plans d’attentats perpétrés contre nous, que je pourrais en faire cadeau d’un à chacun d’entre vous qui est ici. Je ne veux pas cela, c’est loin de là, mais c’est un peu l’explication du miracle de me trouver en parlant avec vous, parce que d’après le calcul des probabilités je devais être dans l’au-délà, mais je vous assure que je n’irais pas à l’enfer. Je ne vais pas discuter de croyances. Au purgatoire non plus, parce que nous avons déjà traversé un long purgatoire pendant longtemps.
«Presque 1000 heures de radio hebdomadaires sont transmises vers Cuba depuis les États-Unis pour promouvoir la subversion, les sabotages contre l’économie, les attentats. Cette modeste personne que vous voyez ici a le privilège –et je crois que l’Église doit être en rapport avec cela- d’avoir dépassé des centaines de plans d’attentats. Je crois que les prières de vous tous ou de beaucoup parmi vous y sont présentes. Il doit y avoir quelque chose là-dedans étant donné que, bon, comment cela aurait été-t-il possible? »