Citas

« Non seulement nous saurons résister à n’importe quelle agression, mais nous saurons la vaincre. Et à supposer que nous n’ayons plus d’autre alternative que celle avec laquelle nous avons engagé la lutte révolutionnaire, autrement dit la liberté ou la mort, cette fois-ci la liberté voudrait dire encore bien plus : la liberté veut dire maintenant patrie. Et notre disjonctive serait alors : la patrie ou la mort ! »
Renvoi au texte original: Aux funérailles solennelles des victimes de l’explosion du cargo La Coubre au cimetière Colón, 5 mars 1960
“Malgré les mensonges et les calomnies, malgré la répression et la force, malgré la propagande et les crimes impérialistes, les ouvriers et les paysans cubains ont enterré à jamais, tel un cadavre qui ne pourra pas ressusciter, la société capitaliste.
Renvoi au texte original: Au meeting dans le stade Lénine de Moscou (URSS), 23 mai 1963
“Les États-Unis ont fait de nombreux efforts pour détruire le nationalisme portoricain, pour détruire la culture portoricaine, pour détruire toutes les caractéristiques du peuple portoricain.
Renvoi au texte original: Au meeting de bienvenue à la délégation ayant pris part aux Dixièmes Jeux sportifs centraméricains et caribéens, sur le Stade latino-américain (La Havane), 29 juin 1966

" Les chefs d’un Empire où règnent la mafia, le jeu, la prostitution infantile ; où la CIA organise des plans de subversion et d’espionnage à l’échelle universelle, où le Pentagone met au point des bombes à neutrons capables de préserver les biens matériels et de tuer les êtres humains. D’un Empire qui appuie la réaction et la contre-révolution dans le monde entier, qui protège et encourage l’exploitation par les monopoles des richesses et des ressources humaines sur tous les continents, l’échange inégal, le protectionnisme, le gaspillage incroyable des ressources naturelles, un système de famine pour le monde entier."

 

Discours et interventions : Pour le vingt-cinquième anniversaire de l’attaque de la caserne Moncada, à la Cité scolaire 26-Juillet de Santiago de Cuba, le 26 juillet 1978.

Renvoi au texte original:
« Celui qui a besoin d’armes, c’est l’impérialisme, parce qu’il est vide d’idées. Il en a besoin pour maintenir par la force ce système ignominieux, pour maintenir toutes ces situations dont on a parlé ici. En revanche, si vous avez des idées, vous pouvez les défendre et les faire triompher, parce que vous n’avez même pas besoin d’armes pour ça, à condition qu’elles soient capables de conquérir les grandes masses. Nul ne peut prétendre régler par la force la contradiction entre le socialisme et le capitalisme, il faut être fou pour le croire. Et ceux qui y croient, ce sont les impérialistes, qui conservent pour ça des bases militaires partout dans le monde, qui menacent tout le monde, qui interviennent partout. »
Renvoi au texte original: À la clôture des Rencontres sur la dette extérieure de l’Amérique latine et des Caraïbes, 3 août 1985
“L’importance de Playa Girón n’est pas dans l’ampleur de la bataille, dans l’héroïsme des combattants : l’importance historique capitale de Playa Girón, ce n’est pas ce qui est arrivé, mais ce qui n’est pas arrivé grâce à elle !
Renvoi au texte original: Pour le vingt-cinquième anniversaire de la victoire de Playa Girón (La Havane), 19 avril 1986
Il faut rappeler qu’en un jour pareil, une après-midi pareille, nous avons proclamé le caractère socialiste de la Révolution. C’était en quelque sorte la première grande salve d’artillerie en riposte à l’agression.
Renvoi au texte original: Pour le trente-cinquième anniversaire de la victoire de Playa Girón (Matanzas), 16 avril 1996